Syndrome de la bandelette ilio–tibiale. Le syndrome de la bandelette ilio–tibiale, ou du tractus ilio–tibial (STIT), appelé également syndromede l’essuie-glace, ou encore tendinite du tenseur du fascia lata, est un type de tendinite du genou.

I ÉTIOLOGIES

Sur la face externe de la cuisse, le muscle tenseur du fascia lata se termine par un tendon plat en forme de bandelette. Ce muscle s’étend du haut du fémur jusqu’au haut du tibia où il s’insère. Lors de la marche il se déplace d’avant en arrière à la manière d’un essuie-glace. Il passe alors au-dessus d’un relief osseux latéral de l’extrémité inférieure du fémur : le condyle latéral de la tubérosité externe.

Dans certaines conditions le fascia lata « accroche » au passage de ce condyle fémoral. Ce conflit répété est à l’origine d’une irritation douloureuse. La gêne induite s’appelle syndrome de la bandelette ilio-tibiale ou « syndrome de l’essuie-glace » ou encore balayage du fascia lata. Elle concerne certaines activités sportives telles que la course à pied, le cyclisme ou la marche en descente en montagne.

II SIGNES CLINIQUES
Le diagnostic est clinique.
À l’interrogatoire la douleur siège au niveau du compartiment externe du genou, irradiant parfois le long de la face externe de la cuisse. Elle survient à l’effort et s’installe progressivement.
À la palpation deux tests permettent le diagnostic

le test de Renne : douleur en flexion-extension du genou en charge sur un pied ;
le test de Noble : douleur vive et précise à la pression du condyle externe, 2 à 3 cm. au-dessus de l’interligne avivée par le passage de la flexion à l’extension.
Les examens complémentaires servent uniquement à éliminer d’autres causes de douleurs externes du genou :

la radiographie standard élimine une atteinte arthrosique externe ou une fracture de fatigue ;
l’échographie peut, dans certains cas, éliminer une rare tendinite du muscle poplité ou du biceps crural ;
l’IRM vérifiera, si nécessaire, l’intégrité du ménisque externe.
III TRAITEMENTS
Cette tendinite du genou est une affection banale mais tenace. Il est donc impératif de la soigner en profondeur grâce aux techniques suivantes :

Repos sportif
Glaçage local
Physiothérapie (massages et réhathlétisation effectués chez un kiné) et prise en charge Podo
Etirements du fascia lata
Anti-inflammatoires par voie orale
Les infiltrations de dérivés cortisoniques sont souvent très efficaces. Qui in

Enfin, quel que soit le traitement, la reprise du running doit toujours être progressive après un syndrome de l’essuie-glace. La prévention d’une récidive reposant sur la pratique régulière d’étirement du tendon et une prise en charge du trouble statique ou du chaussant responsable de l’apparition de la douleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *